• marieclairegolfier

Jouer, le jeu, "playing" de l'enfant

C'est le pédiatre et psychanalyste anglais D. Winnicott qui a mis à l'honneur le jeu chez l'enfant et comment la créativité vient au sujet. Le jeu ou "playing" prend place dans ce qu'il nomme l'espace potentiel ou les phénomènes transitonnels, où l'enfant apprivoise un espace-temps où l'objet n'est plus complètement au-dedans de lui, mais pas encore tout à fait au-dehors de lui.

En quoi le jeu est fondamental dans la vie de l'enfant ?

D. Winnicott pense que le jeu est indispensable à l’équilibre affectif et intellectuel, car c'est un moment où l'enfant dispose d’un "secteur d’activité" où la motivation n’est pas de s'adpter au réel, mais au contraire d’assimiler du réel au moi, sans contraintes ni sanctions, sans attentes de l'environnement à son égard.

Où est l'enfant quand il joue ?

L'enfant est dans un tiers lieu paradoxal qui participe aux deux lieux en même temps : intérieur dans le monde du rêve et du fantasme et extérieur dans le monde de la réalité partagée. Le jeu c'est l'espace potentiel entre l'enfant et la mère.

Avant d'être en capacité de jouer seul, l'enfant joue d'abord avec quelqu'un, mais aussi seul en présence de quelqu'un : c'est une étape incontournable que d'être en capacité d'être seul en présence de l'Autre !

La présence de l'Autre rend riche de réalité, réelle, l'expérience de l'enfant qui joue ; la mère est ressentie comme celle qui réfléchit ce qui se passe dans le jeu de l'enfant.

Place au jeu alors !


Photo de Ksenia Chernaya provenant de Pexels

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout