• marieclairegolfier

L'addiction, médicament et poison

L'addiction, médicament et poison à la fois. Il est souvent paradoxal et difficile à accepter pour l'entourage d'un individu addict, que l'addiction soit à la fois "médicament" et à la fois "poison".

Médicament, car l'addiction est une solution active pour mettre à distance les affects loin de soi, pour tenter de se sentir indépendant - de tout lien affectif qui risquerait de rendre dépendant ... affectivement. Le recours à l'addiction permet de balayer ce que le fonctionnement psychique de l’un doit à celui de l’autre : plutôt que d’être dépendant de l’autre, l’individu addict pense qu’il vaut mieux s’en remettre à un objet considéré comme moins dangereux (alcool, drogue, sexe, etc).

Poison, car plus l'individu s'enfonce dans l'addiction, moins il accède à ses émotions. L’addiction permet plutôt de ressentir des sensations corporelles, agréables ou au contraire douloureuses, de façon répétitive, qui donneront l’illusion d’une contenance psychique mais qui remplaceront surtout l’activité de pensée même. C'est également la nécessité absolue de la répétition du recours au produit toxique qui conduit à l'engrenage.

L’addiction permet une décharge rapide de toute tension psychique, interne ou externe, que ce soit des angoisses névrotiques, psychotiques, des angoisses de fragmentation ou encore un état dépressif. La tension à évacuer rapidement concerne aussi bien les affects pénibles et douloureux, que les affects agréables ou les excitations. Le message de tension psychique est interprété comme un besoin d’ordre somatique, c'est pour cela que la "solution addictive" est une solution somato-psychique au stress mental. Le produit toxique est une solution somato-psychique pour survivre à une souffrance psychique.

Par la conduite addictive, l'individu tente de se dégager, de s'émanciper de la dépendance affective vis-à-vis des objets internes et externes (figures parentales, imagos), elle conduit à une autre forme de dépendance qui s’y substitue et la renforce paradoxalement.


10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout